Comment lutter contre les insectes ravageurs du palmier ?

Publié le : 16/06/2017 09:35:24
Catégories : Actualités

Le Palmier, cette  grande herbe au stipe plus ou moins élancé, caractérise à lui seul  les Tropiques. On l’adore…   Et d’ailleurs, nous ne sommes pas les seuls  à l’adorer, certains insectes en sont même plutôt très friands au point de le ravager complètement, de le déguster du haut en bas ! Mais qui sont les principales bestioles qui dévastent notre décoration végétale ?

Le Palmier, cette  grande herbe au stipe plus ou moins élancé, caractérise à lui seul  les Tropiques. On l’adore…   Et d’ailleurs, nous ne sommes pas les seuls  à l’adorer, certains insectes en sont même plutôt très friands au point de le ravager complètement, de le déguster du haut en bas ! Mais qui sont les principales bestioles qui dévastent notre décoration végétale ?

Les insectes ravageurs du palmier

Le Charançon rouge : Ennemi n°1 

Son nom scientifique est Rhynchophorus ferrugineux. Le Charançon rouge à une préférence certaine pour le dattier des Canaries appelé également Phoenix canariensis. Au stade adulte, la bestiole mesure près de 3 centimètres de long avec un grand rostre et sa couleur rouge avec des rayures noires ne laisse aucun doute sur son identité. Au stade larvaire, ce coléoptère est de couleur crème. Larves et adultes raffolent du goût sucré et fermenté du dattier, si bien qu’une fois installés dans le stipe du végétal, petits et grands accomplissent leurs méfaits en grignotant et creusant des galeries à n’en plus finir. Grignotée et creusée de la sorte, la plante est logiquement  fragilisée et soumise irrémédiablement à la pourriture.

Charançon rouge du palmier 

Le souci, est que lorsque nous visualisons les premiers symptômes de difficultés de la plante : les palmes se déforment, sèchent et finissent par tomber… Il est déjà trop tard ! Les Charançons sont en place, en pleine activité et votre plante peut mourir. L’affaire peut d’ailleurs se conclure en seulement  2 ans, pour les délais les plus rapides. Le palmier ou plus exactement le stipe va pourrir sur place et dégager une odeur peu ragoûtante, voire fétide. A ce stade, il n’y a plus rien à faire, le végétal est mort.

Le papillon du palmier : Ennemi n°2 

Son nom, à lui, est Paysandisia archon. Ce grand papillon du palmier, aux ailes antérieurs vert-bronze striées de brun et dont les postérieures sont orangées aux marques noir et blanc, a pour cibles privilégiées les palmiers de type Phoenix, Chamaerops, Trachycarpus et Washingtonias.

La larve de ce papillon est une  grosse chenille pouvant atteindre pas loin de 10 centimètres de long, de couleur blanche.  C’est à ce stade  larvaire que  ce ravageur cause de gros dégâts car, à l’instar du Charançon, lui aussi va dévorer l'intérieur du palmier, l’intérieur du stipe.

Papillon du palmier

Il est possible de repérer leur présence en observant le vol de ces papillons qui a lieu entre juin et septembre.  Mais aussi en prêtant attention aux palmes du végétal ! Si celles-ci jaunissent, dessèchent et sont perforées, et si en plus, vous observez des trous à la base des rachis, cette partie en prolongement du pétiole jusqu'à l'extrémité de la feuille… Plus de doute, le papillon est en place. Là aussi, la situation est à prendre très au sérieux car une attaque importante peut entraîner la mort du végétal.

 

Des Nématodes pour lutter contre ces ravageurs du palmier 

C’est quoi des nématodes ?

Les nématodes sont des  vers microscopiques translucides qui parasitent les larves d'insectes cibles. Ce sont de véritables prédateurs, des organismes vivants qui se trouvent dans la nature. La lutte contre le charançon rouge du palmier ou Rhynchophorus ferrugineus est devenue obligatoire depuis le 21 juillet 2010, par Arrêté du Ministère de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Pêche. Les nématodes font partie des solutions recommandées.

Comment ça marche ?

Les vers microscopiques, ici les nématodes Steinernema carpocapsae, ont pour cibles aussi bien les larves du Charançon rouge que ceux du Papillon du palmier. Ces nématodes vont donc s’introduire exclusivement dans les larves de Charançon et de Papillon du palmier et comme ils s’y introduisent en nombre, les larves des ravageurs cessent automatiquement de se nourrir et meurent entre 48 et 72 heures ! La méthode est  ‘naturellement’ simple et efficace.

L’action des nématodes est très spécifique puisque la cible est toujours définie, en clair, les nématodes ont une cible ‘programmée’ et ne déroge jamais à la règle. Les nématodes Steinernema carpocapsae visent exclusivement les deux principaux ravageurs du palmier, leur action est donc bénéfique et respectueuse des insectes utiles, jamais ciblés.

Une fois dans le corps de leur victime, les nématodes se multiplient et une fois la victime morte, ils reprennent leur course vers la victime suivante. Les nématodes n’auront de cesse à parasiter leur cible jusqu’à extermination de toutes les cibles vivantes.

Quand mettre en place les nématodes ?

La meilleure période d'utilisation des nématodes s’étend d'avril à octobre lorsque la température du cœur du stipe est comprise entre 12°C et 25°C.

Le traitement peut être préventif ou curatif. D’ailleurs, préférez appliquer un traitement régulièrement afin d’éviter de traiter les dégâts, lorsqu'il est trop tard !

Des vers contre des insectes ravageurs… Que la lutte commence !

 

 

 

 

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire